Plan du chapitre

Cours et schémas en version imprimable

– Cours à imprimer (si accord du professeur)

Ressources du TP1

Non disponible pour ce chapitre

FICHES TECHNIQUES

Non disponible pour ce chapitre

Activités du chapitre

Non disponible pour ce chapitre

Ce site a été réalisé par Mme et Mr ESTHER

Introduction

Dès la fécondation, les informations génétiques contenues dans la cellule-œuf vont déterminer le sexe de l’individu à naitre. De nombreuses étapes de mise en place puis d’acquisition de la fonctionnalité vont avoir lieu jusqu’à la formation d’un corps d’homme ou de femme.

Problématique

Quelles sont les étapes de la mise en place des appareils reproducteurs entre la naissance et la puberté ?

Ce site a été réalisé par Mme et Mr ESTHER

I – La mise en place de l’appareil reproducteur et de l’identité sexuée

1) L’existence d’un sexe génétique et d’un sexe chromosomique

Pb : Quelles sont les différentes structures aux niveaux génétique et du caryotype qui permettent d’identifier l’identité sexuée d’un individu ?

Les organes reproducteurs se mettent en place dès la vie embryonnaire à partir des informations portées par les chromosomes sexuels. Les individus masculins portent un chromosome X et un Y alors que les individus féminins ont deux chromosomes X. Les formes de ces chromosomes sont différentes et identifiables sur un caryotype.

L’étude des anomalies de mise en place de l’appareil reproducteur révèle que :

  • le nombre de chromosomes sexuels est important pour une mise en place normale des appareils reproducteurs (une monosomie = 1 seul chromosome ou une trisomie = 3 chromosomes)
  • un gène, nommé SrY, est particulièrement important sur le chromosome Y car il déclenche la mise en place de voies génitales masculines.

2) Les liens entre le sexe génétique et l’organisation anatomique

Pb : Comment les informations génétiques entrainent-elles la mise en place de structures anatomiques distinctes entre les 2 sexes ?

Dans les 1ères semaines de développement, tous les embryons ont les mêmes structures sexuelles, composées de gonades, qui sont des organes non différenciés qui produiront plus tard les gamètes et des canaux qui formeront plus tard les voies génitales. Dès la 7ème semaine de développement embryonnaire, la mise en place se différencie selon les informations génétiques de l’embryon.

            Chez les individus masculins, le gène SrY porté sur le chromosome Y déclenche des cascades (=suites) de réactions entrainant la production d’hormones qui vont orienter la différenciation : les gonades se transforment en testicules, qui sont des gonades différenciées.

            Chez les individus féminins, d’autres gènes portés sur les chromosomes X déclenchent des cascades (=suites) de réactions entrainant la production d’autres hormones qui vont orienter la différenciation : les gonades se transforment en ovaires, qui sont des gonades différenciées.             A la naissance, chaque individu a donc une identité sexuelle liée à ses organes reproducteurs externes.

Transition : La mise en place des appareils reproducteurs commence dès la fécondation avec l’apport d’un chromosome Y ou d’un chromosome X. Pendant la vie embryonnaire et fœtale, les appareils reproducteurs se mettent en place mais ils ne sont pas fonctionnels pendant l’enfance.

Ce site a été réalisé par Mme et Mr ESTHER

II – Le fonctionnement des appareils reproducteurs au cours de la vie

Rappel : L’acquisition de la fonctionnalité à la puberté

Pb : Quels sont les signes de la mise en place de l’appareil reproducteur à la puberté?

            La puberté correspond à la dernière étape de formation de l’appareil reproducteur : le déclenchement de sa fonctionnalité, c’est-à-dire sa capacité à produire des gamètes et à procréer.

            A partir de 10-12 ans chez les filles (peut être plus tardif), des caractères sexuels secondaires (c’est-à-dire qui se forment dans un 2ème temps de la vie de l’individu) apparaissent. Ainsi, le développement des organes génitaux et des seins, l’élargissement du bassin (préparation à une grossesse éventuelle) et une pilosité plus importante s’accompagne de la mise en place d’un cycle menstruel marqué par des règles.

            A partir de 12-14 ans chez les garçons (peut être plus tardif), des caractères sexuels secondaires apparaissent aussi comme le développement des organes génitaux, la mue, le développement musculaire et une pilosité plus importante.

Lors de la puberté, l’organisme acquiert la capacité à produire des gamètes : des ovocytes chez les filles et des spermatozoïdes chez les garçons. Ces capacités nécessitent un fonctionnement synchronisé de plusieurs organes chez les individus.

1) Le fonctionnement de l’appareil reproducteur masculin

Pb : Comment fonctionne l’appareil reproducteur masculin ?

L’appareil reproducteur masculin fait intervenir des hormones produites par l’hypophyse, glande du cerveau : la LH et la FSH. Celles-ci vont ensuite circuler dans le sang jusqu’aux testicules.

La LH stimule le fonctionnement des cellules interstitielles qui vont alors produire de la testostérone. Cette hormone va stimuler la poursuite de la spermatogenèse et le déclenchement des caractères sexuels secondaires.

La FSH va agir sur les tubes séminifères où elle va déclencher le début de la spermatogenèse, c’est-à-dire la fabrication des spermatozoïdes. Le fonctionnement de système reproducteur fait donc intervenir des hormones et des organes cibles qui agissent conjointement.

Le schéma ci-dessous est à savoir reproduire par cœur :

Une petite vidéo complémentaire :

2) Le fonctionnement de l’appareil reproducteur féminin

Pb : Comment fonctionne l’appareil reproducteur féminin ?

L’appareil reproducteur féminin fait intervenir des hormones produites par l’hypophyse, glande du cerveau : la LH et la FSH. Celles-ci vont ensuite circuler dans le sang jusqu’aux ovaires.

La FSH va agir sur les ovaires et favoriser la maturation des gamètes femelles dont un seul va atteindre le stade d’ovocyte.

La LH stimule l’ovulation, c’est-à-dire la libération de l’ovocyte vers l’utérus.

Les hormones ovariennes, œstrogènes et progestérone, vont aussi agir sur l’utérus. Le fonctionnement de système reproducteur fait donc intervenir des hormones et des organes cibles qui agissent conjointement.

Ce site a été réalisé par Mme et Mr ESTHER

Remarque : le schéma ci-dessous est à savoir reproduire par cœur :

De petites vidéos complémentaires :

Ce site a été réalisé par Mme et Mr ESTHER

Conclusion

De nombreuses étapes se déroulant de la fécondation à la puberté assurent la mise en place et la fonctionnalité de l‘appareil reproducteur. Cependant, la maitrise de la reproduction et de la sexualité humaine nécessite une compréhension plus fine de son fonctionnement à l’âge adulte.

Ce site a été réalisé par Mme et Mr ESTHER

Ce site a été réalisé par Mme et Mr ESTHER